La gestion en médecine de famille

La gestion en médecine de famille
Une résidence en médecine familiale est plus courte qu’une résidence en spécialité, mais permet un éventail infiniment large de possibilités.

J’ai eu la chance dernièrement d’échanger avec le Dr Éric Lavoie, médecin de famille, directeur du GMF-U de Trois-Pistoles et chef du DRMG du Bas-Saint-Laurent, sur la richesse d’une pratique orientée sur la gestion. Il s’agit en effet d’une des nombreuses orientations de carrière possibles en médecine de famille.

Tout d’abord, j’ai demandé au Dr Lavoie : pourquoi avoir choisi la médecine familiale en premier lieu? Pour plusieurs étudiants, le choix de spécialité une fois l’externat terminé constitue une source de questionnements majeurs. Selon lui, ce qui a orienté le plus son choix est son côté « touche-à-tout » et sa créativité. Il mentionne entre autres l’attrait d’une pratique diversifiée qui le stimule quotidiennement à être un professionnel polyvalent avec « une vision transversale des situations ». Pour Dr Lavoie, une résidence en médecine familiale est plus courte qu’une résidence en spécialité, mais permet un éventail infiniment large de possibilités.

Alors que je le questionne sur son rôle au sein de son milieu de pratique, il se décrit d’abord et avant tout comme un scientifique, un médecin de famille dévoué à la santé de ses patients et ce autant à l’urgence, au bureau, en clinique de chirurgie mineure, au CHSLD ou même à domicile. Il souligne les avantages d’une pratique de groupe, elle qui permet solidarité et amène un fort « sentiment d’accomplissement ». Dr Lavoie est un enseignant au sein du GMF-U de Trois-Pistoles qu’il dirige, en plus d’être le chef du département régional de médecine générale (DRMG) du Bas-Saint-Laurent.

Ma prochaine question pour lui concernait les circonstances entourant l’obtention de ces postes. Comment un médecin de famille oriente-t-il sa carrière sur des postes de gestion aussi importants? Pour lui, ces fonctions sont des occasions « d’exercer, de bonne foi, un pragmatisme mobilisant, en écoute et en action » et d’utiliser son leadership afin d’intégrer et de représenter les gens qui l’entourent. Il dit même : « on pourrait penser qu’on veut exercer un leadership, mais c’est souvent l’inverse, c’est le leadership qui vous exerce et met à profit vos capacités. » En effet, comme le Dr Lavoie le souligne, les gens qui se retrouvent porte-parole dans leur carrière le deviennent souvent malgré eux : ce sont des gens qui n’ont pas peur de leurs valeurs et de leurs opinions, qui synthétisent, articulent et verbalisent ce qu’un groupe pense ou ressent aisément, tout comme Dr Lavoie. En bref, mon interlocuteur me confirme que la carrière en gestion l’a trouvée plus qu’il l’a cherchée, mais qu’en bout de ligne, c’est une combinaison parfaite avec sa personnalité. Comme il le dit si bien, « il s’agit d’une séquence de circonstances qui impliquent autant de volonté que d’inattendus ». Comme quoi une écoute active et une volonté de s’impliquer peut mener bien loin.

Ensuite, j’ai voulu savoir quels aspects de sa pratique le rendait le plus heureux. En effet, à travers tous ces rôles, il m’intéressait de savoir ce qui le comblait professionnellement. Il me répond donc que pour lui, le plus important et aussi le plus valorisant dans son travail sont et seront toujours les aspects relationnels. Dr Lavoie m’explique alors que pour lui, le plus satisfaisant est de se permettre « une vision transversale sur les situations, autant scientifiques que humaines, qui mènent à la motivation ». Il mentionne que d’avoir la chance d’explorer et même d’influencer la séquence qui permet à ses collègues de s’épanouir est une grande motivation. Comme tout médecin de famille, la base de son métier repose dans l’écoute et la volonté de comprendre ce qui anime la personne en face de lui; ceci est toujours vrai pour ses tâches de gestion.

Finalement, pour clore l’entretien, je lui ai posé une dernière question. Quelles sont ses recommandations pour tous les étudiants en médecine à travers le Québec qui s’intéressent à une carrière de gestion intégrée à une pratique de médecine de famille? Dr Lavoie me soulève alors plusieurs points intéressants qui amènent des réflexions intéressantes. D’abord, il me dit : « Restez sensibles à ce qui vous motive et ce qui motive les gens. N’hésitez pas à vous impliquer, de bonne foi, lorsque vous sentez que vous devez le faire. » En bref, si la vie a fait de vous une leader naturelle, il faut écouter vos instincts et vous faire confiance. On dit souvent que les meilleurs leaders sont nés et non créés… Dr Lavoie souligne que tout médecin ou étudiant s’intéressant à la gestion a accès à une panoplie de formations continues en gestion : cela permet non seulement de consolider ses compétences, mais aussi de « côtoyer des spécimens qui nous ressemblent ». Comme dernier conseil en gestion, il préconise : « des objectifs ambitieux et de l’humilité sur les résultats » …

Marie-Jeanne Gauthier
Coprésidente junior GIMF Université Laval

Articles récents